Semaine 7

Du 15 au 21 octobre: la Pentagenèse 7

  • l’innocence
  • le savoir
  • la réflexion
  • le travail
  • l’extase

Naradan parti, nous nous faisons un devoir de prolonger sa joie. Nous avons décidé d’exploser le système aristotélicien et ses éléments en croix, de saccager les monothéismes morbides en renvoyant poliment les dieux à leur maman.

Une brèche spirituelle s’est ouverte, la fluorescence verte s’est peu à peu immiscée dans nos schémas classiques, accentuant la position centrale d’un rouge éléphantesque.

Le chemin de l’extase désormais nous appartient:  la pentattitude!

semaine 6

                             Du 8 au 14 octobre la Pentagenèse 4: l’air

Je suis nuageux, etheré, je me sens ascensionnel et transcendantal et pour la première fois de ma vie je chante juste.

Je plane, mon existence est extatique et je ris comme une mouette de voir mes amis tout en bas en train de façonner mes résidus tout rouges en forme de triangle. C’est très joli.

Je n’ai plus besoin de regarder pour voir. Le mouvement s’est inversé: c’est la vision qui vient à moi.

Enfin je vois!

derniers jours de Naradan

Naradan a tout vu et tout entendu, il mérite sa place dans les bras de Shakti. Dans son extase gazeuse il se prépare minutieusement à la perfection de l’ennui.
Ce sentiment nous navre et son nuage bleu enfle comme le crapaud de la fable.

Il va pleuvoir bientôt et Naradan ne sera plus là en septième semaine.
Il nous a déçus parce qu’il n’a pas réussi toutes ses ambitions bien qu’il nous ait séduit justement parce qu’il en avait.

 

Semaine 5

                Du 1 au 7 octobre 2012 la Pentagenèse 4: le feu

– Dis moi Tovog, qu’est ce qui est arrivé à Naradan?

– Il a mis le feu à sa tête

–  Pour quoi faire?

– Pour honorer paraît-il, ses nouvelles croyances. Il pense que le feu fonctionne comme l’herbe, mais en plus rapide.

– Comment ça?

– Environ 10 puissance cinq fois plus rapide

– Et dans quel but?

– Il cherche à atteindre ce gros cumulus là haut.

Salvat, incrédule, regarde la fumée qui s’élève avec nonchalance du corps de Naradan et se dirige vers le nuage bleu. Les volutes s’entortillent en dessinant des animaux dans le ciel.

Un énorme lion, doré par le feu du soleil, s’étend lentement puis se déchire en deux parties dont la plus grosse, pesante et cornue comme un gros taureau, descend mollement vers le sol. L’autre, plus élégante, vogue en tournoyant vers le nuage laissant apparaître un visage de rapace et des ailes.


Le feu de Naradan

extrait du journal de Tovog

Quand j’ai entendu le bruit, j’ai tout de suite reconnu le canon à chaleur de Naradan. La partie droite de son visage était hypertrophiée et très lumineuse: il brulait, et cela faisait beaucoup de fumée.

Assis sur son petit trépied rouge, alors qu’il aurait du être mort, il me parlait, il pérorait.

 » Le feu est un véhicule, comme l’herbe, mais bien plus rapide. Dans quelques minutes j’aurai atteint le nuage là haut, et alors tu verras… »