Vénus s’enfuit en pleurant

                                                          La fugue

 

La fugue de la Vénus qui pleurniche dépasse une fin du monde essoufflée et retardée qui assiste, morbide, à notre enthousiasme débridé.

Semaine 13

     Du 26 novembre au 2 décembre: La fuite de Vénus vers la Montagne rouge

Vénus, Shakti, La vierge Marie, Elisabeth III, Shakira…

Vénus court, et c’est parce qu’elle court que le monde tourne, et si nous croyons que cette course a un but c’est que nous nous savons éphémères et en droit de l’être.
De cette revendication a jailli la Montagne rouge qui se situe loin de Paris, dans un imaginaire où se cristallise peu à peu la réalité à force de représentations peintes, de fables et de souvenirs.

La Montagne rouge existe, nous l’avons localisée vers le sud, elle existe et nous appelle, nous les citadins en mal de prétentions alternatives.

 

Salvat bucconasal

Salvat nous a parlé à travers le masque bucco-nasal. Sa voix qui vient d’ailleurs nous raconte la dispute des déesses devant Pâris sur les monts verdoyants, s’ensuit la Guerre. Il nous mime le cheval de Troie qui pénètre dans la ville. Les soldats se répandent dans les rues. Zeus d’un geste vulgaire bouscule Vénus, écrasant au passage l’angelot qui vomit son sang sur ses flèches amoureuses. A l’approche de la victoire, Zeus est de plus en plus velu, c’est la fin de la parité et Vénus en larmes s’enfuit alors que s’installent peu à peu les monothéismes.

Elle se cache dans les herbes, on la traite de sorcière, on la chasse, elle se réfugie sur la montagne rouge, où Naradan l’a vue
On en veut beaucoup à Dieu d’avoir fait pleurer Vénus.