expérience radicale

decoupage

Dans une quête essentiellement artistique, comme il trouvait sa plante trop menaçante, moche et qu’il se demandait de quoi elle était constituée, Philippe Andrieu l’a découpée pour voir. Il a vu qu’il se retrouve avec pleins de bestioles évolutives sur pattes avec les tentacules de la turritopsis nutricula au cul, que la mâchoire de la fleur n’a pas lâché le papillon et que l’idée du chat s’est agrippée à sa proie pour la boulotter un peu plus loin.

le chat, la turritopsis nutricula et la pentagenèse des sens

maleficeternite

La petite méduse apprivoisée pourrait perdre son éternité à la suite d’un mauvais coup du chat. Son immortalité n’étant que biologique, elle ne résisterait pas aux jeux du félin qui la regarde et l’écoute. Il veut la renifler, la toucher puis la croquer.

dessin de Philippe Andrieu

le bon goût de l’éternité

goutdutemps

Alors qu’elle ne possède encore que 8 tentacules, la petite turritopsis goûte aux délices du temps qui passe éternellement. Comme elle a cette capacité de rajeunir et de vieillir, on ne peut pas déterminer si elle en est à un stade précoce de son âge, ou bien si elle a déjà accompli un cycle (ou plusieurs) et jusqu’où. Dans son étude artistique et spirituelle sur la turritopsis nutricula, Philippe Andrieu en déduit que l’éternité a bon goût pour cette variété de petite méduse qui envahit les océans.

dessin de Philippe Andrieu