Le vert

vert

Les plantes frêles non ligneuses, dont les parties aériennes meurent après la fructification, revendiquent le vert comme couleur primaire.

Au commencement était l’herbe, une lumière froide tubulaire que certains savants inspirés appellent « cordes ».
Une erreur est survenue, un noyau s’est formé.

L’erreur, pour exister, a du se répéter et pour mieux se distinguer, elle s’est scindée en deux antagonismes: une onde jaune brulante et un bleu aquatique originel.

La valériane, l’estragon, le chanvre, le persil, la chélidoine, le salsifis, la luzerne, entretiennent la fable à travers des réseaux herbacés pour ne pas mourir du traitement empoisonné que leur assène la modernité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>